Cela ressemble à une bataille de cour de récré à coups de sacs à mains et de montres en or. LVMH et Hermès, les deux plus grands groupes de luxe français, ont annoncé mardi avoir déposé plainte l’un contre l’autre, au sujet de l’entrée non sollicitée de LVMH au capital du sellier, en 2010.

« Hermès International confirme avoir déposé plainte contre le groupe LVMH, le 10 juillet 2012. Cette plainte porte sur les modalités d'entrée de LVMH dans le capital d'Hermès International », a fait savoir ce matin le groupe de la rue du Faubourg Saint-Honoré, suite à une information du journal Charlie Hebdo.

La réaction du numéro un mondial du luxe ne s’est pas fait attendre. « Le groupe LVMH se voit contraint de déposer plainte pour chantage, dénonciation calomnieuse et concurrence illicite », a-t-il réagi cet après-midi. Selon lui, la plainte d’Hermès vise à « porter une atteinte illicite à un concurrent », alors qu’une enquête de l’Autorité des marchés financiers est en cours pour déterminer si LVMH a bien respecté ses obligations de marché lors de sa prise de participation.

Pour mémoire, LVMH avait fait irruption au capital d'Hermès en octobre 2010 à la surprise générale, annonçant d’emblée une participation de 17%. Cette opération s'était faite sans déclaration de franchissement de seuils, LVMH ayant eu recours à des produits financiers sophistiqués lui permettant de contourner la réglementation boursière.

Interrogée par l’AFP, l'AMF n'a pas fait de commentaire sur l'avancement de son enquête.