C'est la première grande introduction en Bourse de l'année en Italie. L’action Moleskine progresse mercredi matin à la Bourse de Milan, contre la tendance, au premier jour des transactions sur le titre du fabricant italien de carnets. Vers 11h, elle gagne 1% à 2,32 euros, à comparer à une baisse de 0,68% de l'indice italien.
Cette progression reflète l'attrait des investisseurs pour les produits de luxe italiens malgré la récession et l'impasse politique en Italie depuis les élections de février qui n'ont pas permis de dégager une majorité claire.

L'entreprise Moleskine (en anglais ‘peau de taupe’) a été fondée en 1997 pour faire revivre les carnets de notes d’un ancien papetier français qui furent utilisés, selon la légende, par Vincent Van Gogh ou encore Ernest Hemingway. Avec 137 salariés, l'entreprise milanaise, qui a ouvert des filiales à New York, Hong Kong et Shanghai, affiche un résultat net de 19,7 millions d'euros, en hausse de 25%, pour un chiffre d'affaires de 78 millions en 2012. Elle espère doubler ses ventes d'ici trois ans. Son taux de marge était de 41,7% en 2012.

Ces perspectives ambitieuses dans un secteur, le luxe, en forte croissance, expliquent le prix élevé de l’introduction en bourse. Celle-ci fait ressortir une valorisation de 488 millions d’euros (près de 15 fois les bénéfices attendus en 2013). Les fonds d'investissement Syntegra Capital et Index Ventures, avec le fondateur Francesco Franceschi et les cadres dirigeants de la société, encaisseront l'essentiel des 244 millions d'euros dégagés de cette introduction en Bourse. Moleskine proposait 106,3 millions d'actions, dont 12 millions d'actions nouvelles, ce qui fait qu'un peu plus de 50% du capital de la société est désormais en circulation.