Le titre L'Oréal progresse aussi lundi avec l'ensemble du secteur des biens de consommation discrétionnaire et du luxe, dont l'indice Stoxx600 (+1,06%) signe une des plus fortes hausses sectorielles en Europe.
Vers 14h50, l’action 2 ,2% sur un marché parisien en hausse de 0,6%.

Credit Suisse a évoqué ce matin la bonne tenue des ventes du numéro un mondial des produits de beauté, notamment aux Etats-Unis où il aurait gagné des parts de marché au premier trimestre. Le bureau d’analystes se fonde sur les données du cabinet Nielsen qui suivent de près les comportements des consommateurs dans 25 pays. Le groupe publiera son chiffre d’affaires du premier trimestre le 18 avril.
Début février, L’Oréal avait indiqué vouloir surperformer le marché en 2013 et réaliser une nouvelle année de croissance du chiffre d'affaires et des résultats, après une très bonne année 2012. L’an passé, son chiffre d’affaires a progressé de 6,2% à 22,5 milliards d’euros et son bénéfice net a bondi de 18% à 2,87 milliards.

Après avoir touché un point bas en septembre 2011, le titre a connu une ascension vertigineuse (+77%), profitant tout à la fois de son statut de valeur « défensive » et d’une croissance soutenue des résultats tirée par les pays émergents. La semaine dernière, l’action a atteint un plus haut historique de 130 euros avant de subir des prises de bénéfices.

Pour Hervé Mangin, gérant chez Axa IM, ce cours reflète les bons fondamentaux du groupe dont la croissance est tirée par le luxe et les pays émergents. En outre, L’Oréal présente un côté spéculatif lié à l’expiration en 2014 du pacte d’actionnaires qui le lie à Nestlé et qui pourrait entraîner une hausse de son résultat par action.