Est-ce la fin d’une époque pour LVMH ? Le numéro un mondial du luxe, qui semblait jusqu’ici imperméable à la crise, a vu sa croissance ralentir au cours des trois derniers mois. Ses ventes ont atteint 6,95 milliards d’euros au premier trimestre, en hausse de 6% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Elles marquent le pas par rapport à la fin d’année (+12% à 8,2 milliards). LVMH pointe notamment la hausse de l’euro qui pénalise ses ventes mondiales. Mais la croissance organique a elle aussi ralenti à 7% contre 8% au quatrième trimestre.

Louis Vuitton, le vaisseau-amiral du groupe, « poursuit son avancée », selon le groupe. Pour autant, la division Mode et Maroquinerie, dont Louis Vuitton assure les deux-tiers du chiffre d’affaires, a vu ses ventes stagner à 2,38 milliards d’euros. Ce n’est pas la seule source d’inquiétude pour les analystes, qui pointent également la baisse du chiffre d’affaires de la division montres et joaillerie (- 1% à 624 millions). L'interdiction en Chine de la publicité pour les accessoires de luxe, élément d'une campagne plus large de lutte contre la corruption, n'est pas étrangère à cette baisse des ventes de montres. LVMH évoque également «un contexte de prudence d’achat des détaillants multimarques».

Heureusement, cette baisse est compensée par le boom de la distribution sélective, qui comprend les boutiques Sephora et DFS (duty free). Cette division a vu son chiffre d’affaires bondir de 16% à 2,12 milliards d’euros. Parmi les autres activités de LVMH, les ventes de parfums et cosmétiques ont augmenté de 4% et celles de vins et spiritueux de 6% à près d’un milliard d’euros.

Au final, LVMH se veut plutôt confiant pour l’exercice en cours. « Le groupe poursuit en ce début d’année une progression en ligne avec les tendances observées sur la seconde partie de 2012. Les hausses restent élevées en Asie et aux Etats-Unis ; l’Europe affiche une bonne résistance dans un environnement économique pourtant difficile », indique-t-il dans son communiqué.

Vers 16h00, le titre cède 2,6% à la Bourse de Paris tandis que le CAC 40 évolue autour de son niveau d’ouverture.