Fondé pratiquement à la même époque que L’Oréal, il y a plus d’un siècle, le groupe américain Coty s’introduit jeudi à la Bourse de New York où il entend lever environ un milliard de dollars pour poursuivre sa politique de croissance notamment dans les pays émergents.

Avec un chiffre d’affaires de 4,6 milliards de dollars en 2012, le groupe se positionne comme le leader mondial des parfums (en volume) grâce à ses licences de marques (Adidas, Calvin Klein, Cerruti, Chloé, Chopard) et ses partenariats avec de nombreuses célébrités comme Jennifer Lopez, Sarah Jessica Parker, Madonna ou Beyonce. Coty est aussi présent dans les cosmétiques (31% de ses ventes) et les soins pour la peau (16%), où il a réalisé plusieurs acquisitions ces dernières années.

Le groupe a été créé en 1904 à Paris par le parfumeur français François Coty, qui ambitionnait de révolutionner le secteur en fabriquant des produits abordables pour un large public. Dès 1912, il ouvrait des filiales à Londres et New York. Racheté par Pfizer dans les années 1960, il a été revendu en 1992 à la famille Reimann, propriétaire de plusieurs groupes de produits de beauté et ménagers.

Un secteur en bonne santé

Selon les derniers détails finalisés mercredi soir, 57,14 millions de titres vont être introduits sur le New York Stock Exchange, sous le symbole COTY et au prix unitaire de 17,50 dollars. Ce niveau, pile au milieu de la fourchette de 16,50 à 18,50 dollars initialement annoncée fin mai, valorise l’ensemble du groupe à 6,7 milliards de dollars. Vu le montant de liquidités levées sur le marché, l’opération est la troisième plus grosse entrée en Bourse depuis le début de l’année aux Etats-Unis après la division de santé animale de Pfizer, Zoetis, en février (2,2 milliards de dollars) et la filiale américaine de l’assureur néerlandais ING en mai (1,3 milliard), d’après des données de la société spécialisée Renaissance Capital.

«Les actions des groupes comparables de produits de beauté (Avon, Estée Lauder, Elizabeth Arden, L’Oréal, Revlon) ont avancé de plus de 35% sur l’année écoulée, ce qui est de bon augure pour l’intérêt envers l’entrée en Bourse de Coty», souligne Renaissance Capital.

Les principaux actionnaires du groupe, la famille Reimann et les fonds Berkshire Partners et Rhône Capital resteront majoritaires. Le produit de l’opération devrait servir à financer la politique de croissance du groupe en particulier dans les pays émergents où il reste peu présent. L’année dernière, Coty avait tenté de racheter son compatriote Avon pour 10 milliards de dollars, sans y parvenir. Avec cette introduction en bourse, il montre qu’il n’a pas renoncé défier son lointain cousin L’Oréal.