Première société du CAC 40 à dévoiler ses chiffres semestriels, L’Oréal n’a pas totalement satisfait les attentes du marché – toujours élevées pour le numéro un des cosmétiques. Vers 11h45, le titre chute de 3,3% et prend la lanterne rouge du CAC 40.

« Le trimestre est assez bon, malgré un chiffre légèrement inférieur aux attentes. Mais il n'y a rien dans cette publication qui permette de relever les prévisions de résultats nécessaires à une nouvelle hausse du titre », estiment les analystes de Citi. Des prises de bénéfices sont « possibles ce matin après le parcours solide de la valeur depuis le début de l'année 2012 », complète Tangi Le Liboux, analyste d’Aurel BGC. L’action a en effet grimpé de 22% depuis le début de l’année et de près de 50% depuis un an et demi.

Au premier semestre, le chiffre d’affaires a progressé de 4,7% à 11,7 milliards d’euros. A taux de change constants, la croissance ressort à 6,4%. La déception vient du chiffre du deuxième trimestre, légèrement inférieur à celui du premier.
« Dans un marché dont la croissance a légèrement ralenti, L'Oréal poursuit sa bonne dynamique et réalise un premier semestre solide. Chacune des divisions et des zones progresse et surperforme son marché. Forts de cette dynamique, nous restons confiants en notre capacité à réaliser une nouvelle année de croissance du chiffre d'affaires et des résultats », a commenté le PDG du groupe, Jean-Paul Agon.

Les produits grand public (L’Oréal Paris, Garnier, etc) et le luxe (Lancôme, Yves Saint Laurent, Kiehl's, etc), les deux principales divisions du groupe, enregistrent de bonnes performance. Seule la division « produits professionnels » reste pénalisée par un marché « difficile ». Au niveau géographique, les ventes résistent en Europe (+1,6%) malgré une conjoncture défavorable dans les pays du Sud, et elles progressent près de deux fois plus vite que le marché en Amérique du Nord (+6,7%). En Asie-Pacifique et en Amérique latine, le groupe affiche des taux de croissance de respectivement 5,1% et 9,6%.

« Les grandes marques du Groupe sont bien orientées et plus que jamais, nos grandes initiatives produits font la différence. Elles permettent des percées significatives en Europe de l'Ouest comme en Amérique du Nord. Et dans les Nouveaux Marchés, les quatre régions enregistrent une forte croissance et contribuent à améliorer nos positions », a ajouté Jean-Paul Agon.