L’Oréal va-t-il passer sous pavillon suisse ? Bien que peu probable, cette hypothèse n’est pas à écarter totalement. En effet Nestlé, qui détient aujourd’hui 29,3% du groupe français, aurait les moyens d’augmenter cette participation et pourquoi pas de prendre le contrôle de L’Oréal. Le pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettecnourt prend fin en avril 2014.

A l'approche de l'échéance, Nestlé garde toutes les options ouvertes concernant l'avenir de sa participation, a fait savoir mercredi le patron du groupe suisse, Peter Brabeck. Cela peut signifier aussi bien le maintien du statu quo, la vente de sa participation ou encore un rapprochement entre les deux groupes. Cette dernière hypothèse se heurterait cependant à l’opposition de la famille Bettencourt qui souhaite conserver le contrôle de L'Oréal et ne vendra pas ses parts (30,5%).

Le patron de L’Oréal, Jean-Paul Agon, a d’ailleurs précisé ce matin dans Les Echos que le groupe était prêt à racheter la participation de Nestlé. « L'Oréal a des ressources financières très importantes. Le groupe n'est pas endetté. Il a une trésorerie positive, qui va à nouveau progresser cette année. Son cash-flow est positif et L'Oréal détient une participation dans Sanofi, dont il a toujours dit qu'elle était financière et pas stratégique », a-t-il indiqué.

Une opération à 22 milliards

Au cours d’aujourd’hui, les 29,3% du groupe suisse sont estimées à 22 milliards d’euros. L’opération serait donc loin d’être anodine pour les comptes du numéro un mondial des cosmétiques. D’autant qu’après avoir forcé L’Oréal à dévoiler ses intentions, Nestlé pourrait maintenant faire monter les enchères. Le droit de préemption prévu par le pacte ne sera plus valable à compter du printemps prochain. Le groupe suisse sera alors libre de vendre sa part au plus offrant…
Ce scénario, Jean-Paul Agon ne veut pas y croire: « Depuis quarante ans, Nestlé a été un actionnaire exemplaire, qui a pris sa part au développement de L'Oréal. Je pense que Nestlé est attaché lui aussi à un bel avenir pour le groupe », a-t-il déclaré aux Echos. Le patron de L'Oréal a cependant lui aussi reconnu que « toutes les options (étaient) sur la table ».

Au premier semestre, L’Oréal a enregistré un résultat d’exploitation record grâce au lancement de nouveaux produits et aux effets de change favorables. Le chiffre d’affaires a progressé de 5,4% en données comparables et le bénéfice net de 5,2%, à 1,7 milliard d’euros. Dans son communiqué de résultats, le groupe confirme ses objectifs de croissance supérieure à celle du marché des cosmétiques et prévoit une nouvelle amélioration de sa rentabilité cette année.

Vers 11h45, le titre s’adjuge 4,2% sur un marché parisien en baisse de 0,4%. Il a pris 26% depuis un an.