Hermès continue à narguer tous ses concurrents, LVMH en tête. Le groupe de la rue du Faubourg Saint Honoré a publié vendredi des résultats hors norme dans un secteur du luxe légèrement moins porteur que l’année dernière.

Au premier semestre, le chiffre d’affaires a progressé de 11% à 1,76 milliard d’euros. A taux de change constants, la croissance atteint 14,4%. Le résultat opérationnel a crû de 14,3% à 584 millions, soit un taux de marge record de 33,1%. Le groupe explique cette progression d’un point de la marge opérationnelle par l’impact favorable des couvertures de change. Il en résulte un bénéfice net en hausse de 13,9% à 381 millions d’euros.

La croissance a été au rendez-vous dans toutes les régions du monde et à travers toutes les divisions, excepté l’horlogerie (-1%) qui n’est pas la plus importante pour le groupe. Si l’Asie continue de tirer les ventes (+17%), la France et l’Europe (+14%) affichent une performance « remarquable dans un environnement économique difficile », souligne Hermès.

Deux nouveaux ateliers en France

« La demande pour les produits Hermès reste soutenue, favorisée par une forte créativité » et le groupe ne peut pas toujours y répondre. Ainsi, « la progression des sacs reste contrainte par les capacités de production », ajoute-t-il.

Pour y remédier, Hermès a annoncé début juillet la création de deux nouveaux ateliers, à Montbéliard (Doubs) et Héricourt (Haute-Saône), qui seront mis en service en 2016. Un atelier provisoire doit ouvrir début 2014 en Franche-Comté afin de former les futurs employés. Le groupe vise 450 recrutements d'ici 2016. Au total, Hermès emploie 10.600 personnes dans le monde: « 486 nouveaux emplois ont été créés au premier semestre, permettant ainsi de renforcer les équipes de ventes et d’accroitre les capacités de production », précise-t-il.

Compte tenu des ventes du premier semestre, le groupe indique qu’il pourrait légèrement dépasser son objectif de croissance du chiffre d’affaires cette année (+10%) tandis que sa marge opérationnelle courante pourrait se rapprocher du niveau record de 2012 (32,1%).

Vers 14h00, le titre qui s’échange à plus de 29 fois les bénéfices attendus pour les douze prochains mois gagne 2,7% à 255 euros. Malgré le verrouillage du capital par la famille héritière, LVMH a encore réussi à grignoter quelques parts du sellier dont il détient désormais 23,1%.