LVMH a dévoilé jeudi son chiffre d’affaires du premier trimestre, en hausse de 4% à 7,2 milliards d’euros. « Le Groupe poursuit sa progression aux Etats-Unis et en Asie. Le Japon connaît une avancée rapide sur le trimestre pour des raisons spécifiques. L’Europe fait preuve d’une bonne résistance dans un environnement économique toujours difficile. Louis Vuitton réalise un excellent début d’année tandis que les Vins et Spiritueux sont pénalisés par un phénomène conjoncturel de déstockage en Chine », souligne le numéro un mondial du luxe dans un communiqué.

Les autorités chinoises ont lancé l’année dernière une campagne anti-corruption visant à bannir les cadeaux somptuaires, comme le cognac et d’autres produits de luxe. Cette politique a pesé sur les ventes de la branche Vins & Spiritueux de LVMH au premier trimestre, en baisse de 3% à structure et taux de change constants. Ce ralentissement affecte l’ensemble du marché du luxe, à la traîne en bourse depuis le début de l’année.

Les investisseurs sont été néanmoins par les commentaires de LVMH sur Louis Vuitton, sa principale marque en termes de chiffre d’affaires et de bénéfices. « Louis Vuitton est porté par une forte dynamique créative. Le premier show de son nouveau directeur artistique Nicolas Ghesquière a reçu un accueil enthousiaste. Les nouveaux modèles dans la ligne emblématique Monogram rencontrent un grand succès tandis que les lignes en cuir poursuivent leur développement », indique le groupe. A elle seule, la branche Mode et Maroquinerie a généré un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros, en hausse de 11% sur un an. Autre motif satisfaction, la distribution sélective (DFS, Sephora), dont les ventes ont progressé de 5% (+10% à taux de change constants), tirées notamment par l’Asie et le Moyen-Orient.

Vers 12h45, le titre gagne 3,3% sur un marché parisien en baisse de 0,3%.