La saison printemps-été s’achève sur un bilan plutôt satisfaisant pour le numéro deux mondial du luxe, Richemont. Le groupe suisse a fait état mercredi d’une hausse de 16% de son chiffre d’affaires sur cinq derniers mois par rapport à la même période de 2014. La croissance organique (hors effets de change) ressort à 4%, bien au-dessus des attentes des analystes.

La croissance à deux chiffres enregistrée en Europe et surtout au Japon, où les ventes ont bondi de 48% à taux de change constant, a permis de compenser le recul subi dans le reste de l’Asie (-18%). Richemont précise par ailleurs avoir renoué avec la croissance en Chine continentale (soit hors Macao et Hong Kong) avec un taux 'à deux chiffres' dans le segment du ‘retail’.

Ces résultats sont de bon augure pour les groupes français. « Richemont est la première société (du luxe) à publier des chiffres portant sur la période juillet-août, ce qui permet de confirmer une tendance très robuste en Europe et au Japon alors que l'Asie est toujours sous pression, en dépit de la Chine continentale », commentent les analystes de Bryan Garnier dans une note.

La baisse de l’euro face au dollar dope les ventes de produits de luxe sur le Vieux Continent. Par ailleurs elle entraîne des effets de change très favorables pour les ventes réalisées en dollars, ce qui devrait soutenir les marges du secteur. Les valeurs du luxe, malmenées depuis le début de l’année, s’offrent un rebond mercredi. Vers 12h20 Kering s’adjuge 4,3% devant LVMH (+3,5%) et Pernod-Ricard (+3,3%).