Début d'année en douceur pour LVMH. Le groupe aux 70 marques de (Louis Vuitton, Bvlgari, Chloé, Henessy…) a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires de 8,62 milliards d'euros, en hausse 4% (+3% à taux de change constants). Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur des ventes de 8,72 milliards d'euros.

La déception porte sur la branche Mode et Maroquinerie (Louis Vuitton, Fendi, Céline, etc) qui assure à elle seule plus d'un tiers du chiffre d'affaires et plus de la moitié du résultat opérationnel du groupe. Ses ventes ont stagné au premier trimestre sur un an alors que les analystes anticipaient une progression d'environ 2%. LVMH évoque des marchés asiatiques "inégaux" ainsi qu'une baisse des ventes en France liée à la baisse de la fréquentation touristique à Paris.

Ailleurs en Europe les ventes restent bien orientées. Quant au marché américain, il est "dynamique" selon LVMH, tiré notamment par les ventes de cognac. La remontée de l'euro face au dollar n'arrange cependant pas les affaires du groupe qui a bénéficié en 2015 d'un effet de change très favorable à la fois sur ses ventes et sur ses bénéfices.

'La croissance de LVMH ralentit donc par rapport à 2015 (+6%, dont +5% au quatrième trimestre), dans un environnement de marché qui semble se dégrader davantage en ce début d'année', commentent les analystes d'Aurel BGC qui prévoient cependant une bonne résistance des marques clés du groupe (Louis Vuitton, Hennessy, Parfums Dior, Sephora, Bulgari) et renouvellent leur recommandation d'achat.

Vers 14h20 le titre LVMH cède 2,9% sur un marché parisien à l'équilibre.