Dans un marché du luxe en panne de croissance, LVMH, le numéro un mondial du secteur, est parvenu à accélérer la cadence avec un chiffre d'affaires de 9,1 milliards d'euros au troisième trimestre contre 8,5 milliards au deuxième trimestre et 8,6 milliards au premier.

"Avec une croissance organique de 6 %, le troisième trimestre marque une accélération par rapport aux tendances de début d’année. L’Asie, excluant le Japon, s’améliore sensiblement sur le trimestre. Le marché américain reste bien orienté tout comme l’Europe, à l’exception de la France, toujours affectée par une baisse du tourisme", indique le groupe dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires des neuf premiers mois de l'année ressort à 26,3 milliards, en hausse de 5% à taux de change constants. Tous les segments affichent une croissance organique positive, avec une accélération pour la Mode & Maroquinerie (Louis Vuitton, Fendi, etc) et la distribution sélective (Sephora, DFS).

"(..) Ces résultats sont rassurants pour le luxe à court terme", commentent les analystes de Liberum alors qu'Hermès et Chanel avaient échaudé les investisseurs le mois dernier. Reste à savoir si le rebond sera sensible également pendant la période cruciale des fêtes de fin d'année. Sur ce point LVMH reste prudent, évoquant comme Hermès "un contexte géopolitique et monétaire incertain". Cependant le titre bondit de 5,4% mardi à la bourse de Paris, entraînant dans ce rebond Hermès (+1,7%) et Kering (+1,3%).