Le groupe indique avoir notamment souffert d’une détérioration de sa rentabilité opérationnelle en France et en Chine. Sur son marché domestique, Carrefour a vu sa marge se replier de 40 points de base à 2,9% particulièrement en raison de la baisse d’activité de sa filiale low-cost Dia et des importantes dépenses faites sur le plan marketing pour stimuler ses ventes dans les hyper-marchés.

Aucune précision n’a été avancée concernant les pertes subies en Chine. La seule information communiquée concerne l’ensemble du continent asiatique où le résultat opérationnel a fléchi de 58 millions d’euros.

Retraité des éléments exceptionnels, notamment un changement de législation fiscale qui a pesé sur les charges non courantes, le bénéfice net ajusté atteint 1,03 milliard, en baisse de 7,4%.

Le résultat opérationnel global ressort, pour sa part, à 2,35 milliards d’euros, en retrait de 3,8%. Le chiffre d’affaires, quant à lui s’établit à 85,7 milliards d’euros, en diminution de 0,7%.

« Nous avons atteint tous les objectifs financiers que nous nous étions fixés, à savoir une hausse de notre free cash flow, une réduction de la dette et des investissements maitrisés", s’est efforcé de rassurer ce matin le directeur financier de Carrefour, Pierre-Jean Sivignon.

Pour 2017, Carrefour cible une progression de ses ventes à changes constants de l'ordre de 3 à 5%. Ses investissements devraient se situer à 2,4 milliards contre 2,5 milliards en 2016.
La firme confirme, par ailleurs, son intention de coter ses filiales dans l’immobilier (Carmila) et au Brésil "sous réserve de conditions de marché favorables".

La direction a signalé que le dividende versé aux actionnaires resterait inchangé à 0,70 euro.