L'année démarre bien pour le luxe français. LVMH, numéro un du secteur, a publié lundi des ventes en hausse de 15% au premier trimestre, à 9,99 milliards d'euros (+13% hors effets de change). Le groupe indique avoir bénéficié durant ce premier trimestre "d’une base de comparaison favorable, notamment en Europe, où l’activité avait été affectée l’an dernier par l’impact des attentats de novembre 2015 à Paris". Aussi "la tendance actuellement observée ne peut raisonnablement pas à ce jour être extrapolée à l’ensemble de l’année". En janvier Bernard Arnault avait déjà indiqué qu'"il fallait s'attendre à un premier trimestre relativement facile" mais à une deuxième partie de l'année "beaucoup plus difficile".

La performance trimestrielle du géant du luxe est néanmoins supérieure aux attentes des analystes, qui tablaient sur 9,53 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 9,3% de croissance organique, selon le consensus Factset. Deutsche Bank a d'ailleurs relevé mardi son objectif de cours 210,32 euros (208,66 précédemment). Un objectif d'ores et déjà dépassé à la mi-journée où le titre s'adjuge 1,4% à 210,25 euros.

De son côté Oddo a confirmé son objectif de 220 euros. 'Il est intéressant de noter que l'ensemble des divisions ont des niveaux de croissances très proches, ce qui confirme la qualité défensive du groupe. Par ailleurs, les deux divisions les plus margées, à savoir Mode & Maroquinerie et Vins & Spiritueux, sont celles qui performent le mieux. Ceci est donc de bon augure pour la marge publiée au S1 ', selon l'analyste.

Dans le détail, la division-phare du groupe, la Mode et Maroquinerie, continue de jouer son rôle de locomotive en totalisant 3,4 milliards de ventes, en progression organique de 15% (contre 4% pour l'ensemble de l'année 2016). L'activité Distribution Sélective (dont Sephora) continue de talonner la Mode/Maroquinerie, avec des ventes atteignant 3,15 milliards d'euros et 11% de croissance organique. Du côté des Vins et Spiritueux, le chiffre d'affaires progresse de 13%, à 1,19 milliard d'euros. Le champagne voit ses volumes progresser de 7%, tandis que ceux du cognac Henessy "augmentent sensiblement, ce qui risque de poser un problème de stocks disponibles pour le reste de l'année", prévient le groupe. La division Parfums et Cosmétiques affiche 1,39 milliard de ventes (+12%), tandis que les Montres et Joaillerie totalisent 879 millions d'euros (+11%).

"La croissance est positive en Asie, en Europe et aux Etats-Unis", a par ailleurs précisé le groupe, qui avait été légèrement affecté ces dernières années par une baisse de la demande en Chine.