Le groupe de cosmétiques L'Oréal a publié mardi un chiffre d'affaires en hausse de 7,5% au terme d'un premier trimestre jugé atypique, porté notamment par la forte progression de sa division Luxe. Les ventes trimestrielles ont atteint 7,04 milliards d'euros, en hausse de 4,2% en données comparables, compte tenu de l'effet positif des changes et du périmètre. Cette croissance a été largement soutenue par les volumes (3,6%).

Le PDG de L'Oréal, Jean-Paul Agon, cité dans un communiqué, a salué "un bon premier trimestre", tout en soulignant que le marché cosmétique s'était montré "extrêmement atypique" en début d'année. La consommation des produits de luxe a été "très vigoureuse (...), en particulier en Asie" alors qu'à l'inverse les ventes des produits grand public ont été "très calmes", que ce soit en Amérique du Nord ou en Europe. Mais "le marché semble être en train de se régulariser et de retrouver un profil plus habituel", a-t-il observé. Le groupe a par ailleurs confirmé son objectif de hausse de son chiffre d'affaires et de ses résultats sur l'ensemble de l'année.

The Body Shop à la traîne

Plusieurs analystes ont salué la croissance soutenue du groupe en ce début d'année. "Cela met en avant les bénéfices de la diversification et explique en grande partie les gains de parts de marché de L'Oréal sur les derniers mois", selon Oddo qui a rehaussé son objectif de cours de 192 à 200 euros et maintenu sa recommandation d'achat sur le titre. Credit Suisse de son côté laissé son conseil 'surperformance' et son objectif de cours de 185 euros inchangés. Malgré la performance contrastée des différentes divisions du groupe au premier trimestre le courtier estime que "la beauté représente actuellement un segment porteur de la consommation de base".

Seule ombre au tableau les ventes de The Body Shop, la chaîne britannique de cosmétique rachetée en 2006 par L'Oréal, ont encore reculé de 1,4% au premier trimestre après une baisse de 4,8% en 2016. Cette baisse est liée en grande partie à la chute de la livre sterling mais pèse sur les résultats du groupe. En février L'Oréal avait indiqué examiner "toutes les options" y compris une vente de sa filiale. "Aucune décision n'a été prise à ce stade", a précisé le directeur financier mardi.

Vers 15h le titre L'Oréal avance de 0,5% sur un marché parisien en hausse de 0,3%.