Tous les voyants ou presque sont au vert pour Pernod Ricard. Le groupe a vu ses ventes progresser sur tous les continents au cours des douze derniers mois, notamment aux Etats-Unis où elles ont bondi de 7% mais aussi en Europe (+3%) et en Chine (+2%), ce dernier marché relevant la tête après plusieurs années de forte baisse.

Sur les 13 marques 'stratégiques' que compte le groupe, 9 ont amélioré leur chiffre d'affaires, avec notamment un retour à la croissance du cognac Martell (+6%), de la vodka Absolut (+2%) et une accélération pour le whisky Jameson (+15%). Les ventes de vins ont quant à elles progressé de 5%.

Sur l'ensemble de l'exercice écoulé, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 4%, à 9 milliards d'euros, et son bénéfice net a bondi de 13% à 1,4 milliard.

"Ce sont des résultats solides avec une accélération et une diversification de notre croissance", a commenté le PDG Alexandre Ricard . Pour le prochain exercice, "nous nous attendons à la poursuite de l'amélioration de notre performance avec une bonne croissance toujours tirée par les Etats-Unis, la Chine, l'Europe, la marque Jameson et avec l'amélioration de l'Inde et de la marque Chivas qui a connu une année difficile", a-t-il ajouté.

Ces résultats pourraient cependant être impactés par la baisse récente du dollar, à son plus bas niveau depuis début 2015. Même si Pernod Ricard prévoit un impact limité des changes en 2017-18 (125 millions d'euros sur son résultat opérationnel, ce dernier s'étant élevé à 2,4 milliards en 2016-17), l'évolution des devises reste à surveiller de près.

C'est ce qui explique quelques prises de bénéfices sur le titre ce jeudi ce jeudi, ce dernier reculant de 3% après une hausse de 13% depuis le début de l'année. Il avait touché début mai un plus haut historique, à 122,5 euros.