Le secteur de la grande distribution a vivement réagi aux rumeurs de rachat d'une ou plusieurs enseignes françaises par le géant américain Amazon. D'après le journal Le Monde, le groupe de Jeff Bezos a contacté les groupes Casino, Système U et Intermarché afin de nouer des partenariats, voire de "réaliser une acquisition en France". Dans un premier temps, il souhaiterait ouvrir une quinzaine de magasins d'ici deux ans.

Le titre Casino a bondi de 4% mardi, tandis que celui de Carrefour s'est adjugé 2,7%. Contactés par l'AFP, les deux groupes n'ont pas souhaité réagir à ces informations. Ils cèdent respectivement 1,3% et 1,5% mercredi à la mi-journée.

D'après un "distributeur" cité par Le Monde, le groupe américain aurait démarché toutes les enseignes tricolores mais n'aurait reçu aucun retour positif. "Amazon n’est pas notre ami : au final leur but est de nous manger et nous n’allons pas leur ouvrir la porte et leur donner le menu", a déclaré cette source.

Avec le rachat de la chaîne américaine de supermarchés bio Whole Foods Market cet été, le groupe de Jeff Bezos semble en effet vouloir s'attaquer frontalement au secteur de la grande distribution, alors qu'il se contentait jusqu'ici de livrer par colis les commandes effectuées sur sa plateforme sur une sélection de marques partenaires. Mais pour pouvoir proposer une gamme plus vaste de produits à des prix abordables, l'e-commerçant doit encore nouer des partenariats avec un ou plusieurs distributeurs en Europe.

Interrogé par Ouest France, le patron de Système U, Serge Papin, se dit "prudent" face à l'offensive du géant américain. "Ce qui inquiète, c’est que les règles du jeu ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Les acteurs du net n’ont pas nos contraintes", explique-t-il, citant notamment les pratiques d'optimisation fiscale de ces groupes. Si le lancement du "drive" (retrait de commandes par internet) a été une "première réponse", il reconnaît que le secteur français de la grande distribution "cherche à présent sa propre voie sur internet".