Espace Distribution - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Philippe Kubisa : Associé marchés de capitaux de PricewaterhouseCoopers

Philippe Kubisa

Associé marchés de capitaux de PricewaterhouseCoopers

Nous verrons de belles introductions en bourse cette année

Publié le 21 Janvier 2013

Comment s’est comporté le marché des introductions en bourse en 2012?

En 2012 le marché des IPO (ndlr : initial public offering) a tourné au ralenti. Le montant total des introductions réalisées en Europe s’est élevé à 10,9 milliards d’euros, ce qui est faible. En 2010 et 2011, ce montant avait dépassé les 25 milliards. On reste très loin des 80 milliards d’euros levés en 2007. Plusieurs freins étaient à l’œuvre : d’une part, la valorisation très faible des entreprises cotées, qui n’incitait pas les candidats à la Bourse à se lancer. D’autre part, le manque d’investisseurs qui ont préféré se tourner, particulièrement en 2012, vers d’autres produits comme les obligations d’entreprises.
Cela dit le trend est encourageant. Avec 7,5 milliards de levées de capital, le quatrième trimestre a été bien meilleur que prévu, grâce à quelques grosses opérations notamment à Londres et à Francfort. La baisse de la volatilité a redonné confiance aux investisseurs.

Depuis plusieurs années, le marché parisien n’attire plus de grosses introductions. Faut-il s’en inquiéter ?

Il est essentiel que des IPO de taille significative aient lieu en France. C’est important non seulement pour la place de Paris mais également pour la vie économique et financière de nos entreprises. La tendance est à la régionalisation des IPO : les entreprises s’introduisent là où elles réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires. Dans les années 1990, de nombreuses entreprises françaises sont allées se coter aux Etats-Unis, parfois uniquement dans un souci d’image. Je pense que nous ne sommes plus dans cette logique aujourd’hui et je reste optimiste sur le fait que nous verrons de belles opérations cette année.

On parle depuis plusieurs années de l’introduction de Verallia (ndlr : le pôle conditionnement en verre de Saint-Gobain) et de celle de Canal+. Saint-Gobain vient d’annoncer la vente des activités américaines de Verallia à un spécialiste du secteur. L’introduction en Bourse des activités restantes est toujours à l’étude (ndlr : le groupe a indiqué qu’il n’était pas « pressé »). Sur Canal+, on reste également dans l’expectative. Je pense que Lagardère communiquera sur ce sujet à l’occasion de ses résultats annuels. S’il n’y a pas d’annonce, c’est que le projet n’est pas à l’ordre du jour.  Reste la Fnac, dont PPR a annoncé la mise en Bourse en 2013. Je pense là aussi que nous aurons bientôt des informations complémentaires.

Selon vous, tous les éléments sont aujourd’hui réunis pour un retour des IPO ?

Le contexte est propice à une accélération de la reprise observé en fin d’année dernière. En effet, l’environnement macroéconomique, même s’il reste tendu en Europe, s’améliore graduellement aux Etats-Unis et dans les pays émergents. Les indices boursiers sont orientés à la hausse. Les sociétés européennes, en particulier celles qui réalisent une grande partie de leur chiffre d’affaires à l’étranger, pourraient rattraper leur retard de valorisation sur les actions américaines. Cela va certainement avoir un effet d’entraînement sur le marché des IPO. Ceci dit, il est encore un peu tôt pour en être sûr. Les décisions d’introductions devraient se prendre dans les prochaines semaines, après la clôture des comptes de 2012. Les sociétés pourraient se dévoiler à ce moment là, en fonction des conditions de marché.

Propos recueillis par François Schott