Apollo, un fonds d'investissement américain, et le FSI (Fonds stratégique d'investissement) ont soumis une offre de rachat d'Alcan EP (Engineered Products), a révélé Rio Tinto dans un communiqué de presse publié jeudi. Alcan EP est la filiale française du canadien Alcan, acquis en 2007 par la multinationale anglo-australienne.

Le fonds américain et le fonds français devraient acquérir respectivement 51% et 10% du capital de la filiale française de la multinationale. Rio Tinto devrait conserver une place importante dans la firme, notamment en tant que fournisseur.

La vente d'Alcan EP (AEP) devrait contribuer à la création d'un nouveau champion français de l'aluminium, six ans après la chute du groupe industriel français Pechiney, racheté en 2003 par le canadien Alcan. AEP ne devrait toutefois pas retrouver son ancien nom Pechiney.

Rappelons que la reprise d'Alcan EP est en discussion depuis près de deux ans. La filiale française de Rio Tinto se positionne actuellement sur les produits semi-finis à destination de l'industrie. Elle fournit entre autres des pièces pour les voitures Peugeot, les avions d'Airbus ou encore les TGV d'Alstom.

Une reprise en ligne avec les objectifs de Rio Tinto

«Cette vente potentielle d'une participation majoritaire à Apollo et au FSI est en ligne avec notre stratégie de désinvestissement d'actifs non prioritaires à Rio Tinto», a observé Guy Elliott,directeur financier du groupe, dans le communiqué de presse. «Nous attendons avec impatience de participer au potentiel de hausse des AEP, à la fois en tant qu'actionnaire minoritaire et un fournisseur clé pour l'entreprise», a-t-il ajouté.

Rio Tinto n'a pas dévoilé les termes exacts du contrat. Il a par ailleurs prévu de répondre à l'offre une fois les instances représentatives du personnel consultées.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, la multinationale a publié ce jeudi des résultats semestriels en forte progression, tirés par une reprise des cours des métaux et un fort taux d'utilisation de ses mines. Le bénéfice courant a ainsi atteint 5,8 milliards de dollars (4,53 milliards d'euros) contre 2,6 milliards de dollars (2 milliards d'euros) un an auparavant et 5,5 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros) attendus par les analystes de l'entreprise. Il s'agit là du bénéfice semestriel le plus élevé enregistré par le groupe depuis au moins dix ans.

Vers 11h18, le titre Rio Tinto gagnait 1,03% à 3447 livres à la Bourse de Londres.