Les deux hommes forts de GDF Suez, Gérard Mestrallet et Jean-François Cirelli, s’apprêtent à reprendre les commandes d’Electrabel, la filiale belge du groupe, croit savoir le journal L’Echo.

«D'après nos informations, le conseil d'administration de GDF Suez va nommer vendredi Jean-François Cirelli au poste d'administrateur délégué de sa filiale Electrabel. Gérard Mestrallet, lui, débarque comme président».

Ce serait la première fois qu’un Français, en l’occurrence Jean-François Cirelli, serait nommé dans des fonctions exécutives au sein du groupe belge d’électricité. L’actuelle directrice opérationnelle d’Electrabel, Sophie Dutordoir, serait toutefois maintenue dans ses fonctions.

«Certains analysent déjà (ces nominations) comme un putsch orchestré depuis le quartier général parisien», indique le journal qui avance l’hypothèse d’une reprise en main des activités électriques d’Electrabel. «Si Electrabel reste aujourd’hui sur papier le fief historique du groupe, son poids au sein de la galaxie GDF Suez s’est réduit ces dernières années», souligne l’Echo.

GDF Suez fait par ailleurs face à un contexte réglementaire difficile en Belgique. Le Royaume a annoncé fin 2011 son intention de sortir du nucléaire d’ici 2015 et menace de taxer plus lourdement la production nucléaire d’Electrabel. En conséquence, GDF Suez a annoncé qu’il allait « réévaluer sa stratégie d'investissements en Belgique », notamment les sommes qu'il devait consacrer à la prolongation de la durée de vie des centrales gérées par Electrabel. Le groupe pourrait ainsi désinvestir en Belgique au profit d'autres pays comme le Royaume-Uni ou le Brésil.

Vers 15h50, l'action GDF Suez prend 1,3% à la Bourse de Paris, sur un marché en hausse de 1,2%.