C’est un peu mieux qu’attendu mais cela reste une contreperformance pour le géant français du nucléaire. En 2014 Areva a réalisé un chiffre d’affaires de 8,34 milliards d’euros contre 9 milliards en 2013. Le groupe explique cette décroissance par la dégradation de l’environnement de marché tout au long de l’année 2014 et par une base de comparaison défavorable, l’année 2013 ayant bénéficié de contrats non-récurrents dans les activités minières et « aval » (traitement du combustible usagé).

« L’année 2014, et plus particulièrement le second semestre, a été éprouvante pour Areva », a reconnu dans un communiqué Philippe Knoche, le nouveau directeur général qui a succédé à Luc Oursel après le décès de ce dernier début décembre.

Outre la disparition de M. Oursel, Areva a dû faire face à l’ « atonie » des marchés à cycle de commandes court, tels que les services à la base installée, et au report de certains projets de ses clients. Le groupe a également annoncé de nouveaux retards sur les chantiers de ses EPR français et finlandais qui vont entraîner de nouvelles provisions et « dégrader significativement le résultat net de l’exercice 2014 par rapport au 30 juin 2014 ». Il avait alors publié une perte nette de 694 millions d’euros. C’est donc à une perte nettement plus lourde qu’il faut s’attendre sur l’ensemble de l’exercice.

Un milliard d'euros d'économies en 3 ans?

La présentation détaillée des résultats d'Areva aura lieu le 4 mars prochain. Philippe Knoche y dévoilera un nouveau « plan de compétitivité » et une feuille de route stratégique et financière. D’après Les Echos, ce plan prévoirait jusqu’à un milliard d’euros d’économies en trois ans et passerait par des réductions d’effectifs. Le groupe a déjà annoncé le non-renouvellement d’environ 100 postes lors des départs en retraite en 2015 dans son usine de La Hague. Seule lueur d’espoir, le carnet de commandes atteint un niveau record (47 milliards d’euros) grâce notamment à la signature d’un accord de long terme avec EDF pour le traitement-recyclage des combustibles usagés. Areva sera également associé à la construction par EDF de deux EPR en Grande-Bretagne, sur le site de Hinkley Point, mais il n’a pas encore chiffré les retombées de ce contrat. Mardi vers 16h00 le titre recule de 1,7% sur un marché parisien en hausse de 1,3%.