Les prix du pétrole sont en nette baisse jeudi, lestés par un rapport de la fédération américaine des producteurs pétroliers (API) faisant état d'un gonflement des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis. D’après l’API les réserves de brut auraient grimpé de 14,3 millions de barils sur la semaine écoulée alors qu’une hausse trois fois moindre était attendue.

Un niveau élevé de stocks signifie que l’offre reste supérieure à la demande et pèse par conséquent sur les prix de la matière première. Vers 13h20, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s’échange à 59,09 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,5 dollar par rapport à la clôture de mercredi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars perd environ 2 dollars, à 50,18 dollars.

Le baril pourrait poursuivre son repli après la publication cet après-midi d’un autre rapport, officiel celui-là. Le Département de l’Energie (DoE) doit en effet dévoiler à 16h GMT (17 heures à Paris) son rapport sur les stocks hebdomadaires. Les experts interrogés par l'agence Bloomberg s'attendent à une nouvelle hausse, de trois millions de barils, mais à une baisse des réserves d'essence et de produits distillés. Lors de la semaine achevée le 6 février, les réserves de brut américaines avaient augmenté de 4,9 millions de barils à 417,9 millions, atteignant leur plus haut niveau depuis la création de l’indicateur en 1982.