Vallourec est-il la prochaine cible dans le secteur parapétrolier ? Plusieurs analystes évoquent la possibilité d’un rachat du spécialiste des tubes sans soudure, dont le cours a récemment atteint un plus bas de dix ans.

L'agence Bloomberg a relayé lundi soir une note du courtier Macquarie qui cite l'italien Tenaris et le japonais Nippon Steel parmi les repreneurs potentiels du groupe français. Nippon Steel est partenaire de Vallourec au Brésil et en Amérique du Nord. Dans les deux cas, le rachat se ferait avec une prime de 40% sur le cours actuel, selon Macquarie.

En 2014 Vallourec a subi de plein fouet la chute des prix du pétrole, ses clients de l’industrie pétrolière et gazière réduisant fortement leurs investissements. L’exercice s’est soldé par une perte nette de 924 millions d’euros contre un bénéfice de 262 millions en 2013. Face à cette dégradation et à la baisse attendue de ses principaux marchés en 2015, le groupe prévoit réduire de ses investissements et de tailler dans ses coûts fixes (-10% sur 2015-2016). Malgré cette passe difficile Vallourec a des atouts, à commencer par des produits haut de gamme dans le domaine de la production et du transport d’énergie (gaz, pétrole, électricité) et une implantation industrielle aux Etats-Unis.

Le mois dernier, Credit Suisse avait déjà fait de Vallourec une cible potentielle en soulignant le potentiel de croissance à long terme du groupe.

Vers 14h30 le titre bondit de 6,1% sur un marché parisien en baisse de 0,3%.