Quelques jours après son alliance avec l’américain FMC Technologies dans l’offshore profond, saluée par une hausse de l'action, Technip cède à nouveau du terrain mardi à la bourse de Paris. Une note du courtier Berenberg met le titre sous pression.

Berenberg s’inquiète des derniers développements au Brésil concernant la société Petrobras, l’un des gros clients de Technip. Cette dernière est au cœur d’un scandale de corruption qui touche les plus hautes sphères du pouvoir et vient de voir sa note de crédit placée sous surveillance négative par S&P. La chute du prix du baril pourrait conduire Petrobras à revoir à la baisse ses investissements, voire à renégocier certains contrats, estime Berenberg.

Pour l'heure Technip ne se montre pas inquiet. Au début du mois le groupe français a signé un nouveau contrat « majeur » avec Petrobras, d’un montant supérieur à 500 millions d’euros. « Ce projet augmente favorablement notre visibilité sur la charge de travail de nos usines », a commenté le directeur du groupe au Brésil.