La croissance de la Chine a connu sa plus faible hausse en six ans à l’issue du troisième trimestre 2015.
Selon les données avancées, la demande de la Chine en pétrole s’est quelque peu repliée en septembre.

Parallèlement, le stock de barils de pétrole de l’Arabie Saoudite a affiché une notable augmentation en raison de l’affaiblissement des exportations. Le premier producteur de l’OPEP a exporté 278 000 barils en moins en août.

Les investisseurs sont également sensibles à l’avancée de la levée des sanctions par les grandes puissances occidentales à l’égard de l’Iran à la suite de l’accord trouvé au sujet de son programme nucléaire. Un responsable iranien a signalé ce lundi que le pays devrait pouvoir accroitre sa production de 500 000 barils par jour en l’espace d’une semaine après la fin des sanctions.

Depuis janvier, le prix de l’or noir a perdu plus de 14% de sa valeur.   Le producteur de pétrole australien, OMV a révisé négativement ses prévisions de prix du pétrole aujourd'hui. Selon ce dernier, le prix du baril devrait se situer autour de 55 dollars en 2016, et monter à 70 dollars en 2017, à 80 dollars en 2018 et à 85 dollars en 2019.