«Les fondamentaux du marché du pétrole à long terme restent robustes. Nous sommes encore loin d’une matière première en déclin comme certains peuvent le prétendre» a soutenu Abdulaziz bin Salman.

Du fait du fort repli du cours du baril, les dépenses en investissement dans le secteur pétrolier ont énormément diminué. Les compagnies pétrolières ont reporté cette année à plus tard l’équivalent de 200 milliards de dollars de projets. «L’impact de ces coupes devrait être substantiel et durable sur l’état de l’offre » pressent Abdulaziz bin Salman.
L’offre de pétrole des pays n’appartenant pas au cartel est censée se contracter en 2016, seulement un an après la baisse des investissements. Au-delà de 2016, l’amenuisement de l’offre devrait s’accélérer.

Parallèlement la demande, émanent principalement d’Asie, a vocation à rester forte. En 2015, la consommation de pétrole est estimée à 94 millions de barils par jour alors que la capacité de réserve utilisable, située essentiellement en Arabie Saoudite est évaluée à 2 millions de barils par jour.

Dans ce contexte, la persistance de prix faibles pourrait finir par affecter la résilience de l’industrie du pétrole, menacer la sécurité de l’offre, et ouvrir la voie vers une nouvelle envolée du cours du baril.

« De même que les allégations entendues il y a quelques années selon lesquelles le prix du pétrole pouvait atteindre les 200 dollars le baril se sont avérées inexactes, autant l’affirmation faite que le prix du pétrole est destiné à demeurer structurellement bas devrait également apparaitre comme erronée » a signalé le vice-ministre du pétrole saoudien.

Ainsi pour conforter son message, l’Arabie Saoudite a exprimé son intention de continuer à investir dans le secteur du pétrole et du gaz. « En tant que producteur responsable et fiable ayant un horizon de long terme, le Royaume est engagé à poursuivre ses investissements dans le secteur du pétrole et du gaz, en dépit de la faiblesse actuelle des cours du baril afin de maintenir la capacité d’exportation et la capacité de réserve de l’Arabie Saoudite» a indiqué, Abdulaziz bin Salman.

Ce matin, le prix du baril de Brent affiche une hausse de 0,08% vers 11h, à 47,74 dollars le baril. Depuis fin 2014, le cours du Brent a chuté de 115 dollars le baril à moins de 50 dollars.

A noter que la prochaine réunion des membres de l’OPEP est prévue le 4 décembre prochain.