Engie pourrait être autorisé à redémarrer d’ici la fin de l’année ses réacteurs belges dont l’arrêt prolongé a conduit le groupe à un nouvel avertissement sur résultats début octobre. « Un an et demi et de multiples tests supplémentaires plus tard, les résultats semblent rassurants », écrit la radiotélévision belge VRT sur son site internet.

Les réacteurs Doel 3 et Tihange 2, qui représentent un tiers de la puissance du parc nucléaire belge, sont à l'arrêt depuis mars 2014 après la découverte de microfissures sur des cuves. Ils avaient été une première fois arrêtés en 2012 lorsque les premiers signes de fissures étaient apparus, avant d'être brièvement relancés en 2014. Ces installations ont subi depuis une multitude de tests de la part d'experts belges et internationaux pour déterminer si elles pouvaient être remises en marche sans danger.

Interrogée sur ces informations, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) en Belgique a dit n'avoir pas encore arrêté sa décision mais qu'elle le ferait dans les prochains jours. Vers 17h le titre Engie s’adjuge 1,7% sur un marché parisien en forte baisse (-1,3%), pénalisé des indicateurs mitigés en zone euro et par une nouvelle baisse du baril.