Au sein de l’assemblée, l’inquiétude est palpable sur l’impact que pourrait avoir la forte chute du cours du baril entre 2014 et 2015 sur la rémunération par Total de ses actionnaires. « Depuis 1982, le dividende n’a pas été diminué. Je ne veux pas être le premier directeur général à le faire depuis tout ce temps » tranquillise Patrick Pouyanné.

Le profil d’activité de la société devrait lui permettre de dégager les profits nécessaires pour répondre à cet engagement. Le cas échéant, « notre taux d’endettement est relativement faible, inférieur à 30% » rappelle Patrick Pouyanné. Il sera toujours possible au groupe de s’endetter davantage pour maintenir le niveau de son dividende.

Le dividende de Total s’est situé à 1,03 euro en 2002, 1,87 euro en 2006, 2,28 euros en 2010, et 2,44 euros en 2014. Il est fort probable que ce dernier montant soit reconduit pour l’exercice 2015.

Compte tenu de la relative résistance affichée par le cours boursier (+8,78% depuis le début de l'année), le rendement de l’action total s’élève présentement à 5,5% . « C’est un rendement très appréciable dans le contexte de taux bas que nous connaissons aujourd’hui » commente Patrick Pouyanné.

Le choix d’un paiement du dividende en actions


L’option a été accordée aux actionnaires de Total de choisir le mode de versement du dividende, sous forme d’espèces ou sous forme d’achat de nouvelle actions avec une décote de 10%. « 60% de nos actionnaires ont préféré être rémunérés  sous forme de nouvelles actions ce qui a permis de réduire le poids de la charge sur notre gestion de cash » signale Patrick Pouyanné.

Il est vraisemblable que cette option soit également proposée aux actionnaires de Total pour le prochain versement.

Lors de la séance de questions-réponses, a été demandé à Patrick Pouyanné la possibilité d’acquérir un montant supérieur d’actions au montant d’actions détenues. La pratique actuelle étant d’inviter l’actionnaire à acquérir un montant inférieur d’actions à celui dont il est en déjà en possession. Le directeur général de Total a indiqué que cette demande sera étudiée pour l’attribution du dividende au titre de l’exercice 2015, sans pour autant donner de garantie sur la mise en place de cette possibilité.