Les flux sortants ont atteint 78 millions de dollars, un pic depuis avril 2015. En premier lieu, le marché a été déçu par l’absence d’accord d’un gel de la production avec l’Iran. Ensuite, des prises de profits ont été réalisées consécutivement à la poursuite de la hausse du cours du pétrole sur fond de craintes nourries autour de l’impact potentiel sur le marché de l’or noir de la grève qui a sévit dans l’industrie pétrolière au Koweït et de la réinitiation de discussions par les membres de l’OPEP pour parvenir à un terrain d’entente. A noter que le prix du Brent a récupéré plus de 60% de sa valeur depuis début janvier, et près de 12% sur le seul dernier mois. Les flux entrants dans les produits spécialisés sur le pétrole demeurent substantiels depuis le début de l’année, à 965 millions de dollars.

Les produits investis dans l’or ont également subi une forte décollecte de 66 millions de dollars la semaine dernière. C’est la première significative décrue relevée depuis le début de l’année. Les flux sortants ont représenté 3,7% des flux entrants depuis le début de l’année, soit 1,76 milliards de dollars. A la suite d’une vive appréciation du cours du métal jaune, certains investisseurs ont fait le choix de prendre des profits. Parallèlement, les produits investis dans l’argent ont continué à avoir des entrées d’argent, soit 11 millions de dollars.

Les ETF investis dans les métaux industriels ont, en revanche, enregistré une forte collecte de 60 millions de dollars. Malgré une croissance établie à 6,7% en glissement annuel, d’autres indicateurs relatifs à la production industrielle, aux ventes au détail, et à l’investissement en capital fixe ont dépassé les attentes, témoignant d’une stabilisation de l’économie chinoise. Cela a aidé les prix des métaux industriels à se redresser, ce d’autant plus que beaucoup se situaient en dessous de leur cout marginal de production.