Le prix du baril de pétrole Brent atteint 46,75 dollars (+16,23% sur le dernier mois) et celui du baril de pétrole WTI 45,04 dollars (+14,51% sur le dernier mois).
Malgré la mise à mal de la perspective d’un accord entre grands exportateurs pétrolier en vue d’un gel de la production, suite à la réunion qui s’est tenue à Doha entre membres et non membres de l’OPEP, la matière première poursuit son rallye.
Ceci témoigne du fait que l’éventualité de cet arrangement n’a été qu’un facteur marginal du parcours haussier du pétrole depuis plusieurs mois, et que ce sont surtout l’évolution de l’offre aux Etats-Unis et la variation du dollar qui constituent les véritables moteurs de la dynamique ». « L’échec des négociations de Doha étaient prévisibles étant donné le refus de l’Iran de participer à ce gel de la production» commente dans une note Roberto Cominotto, gérant sur le secteur de l’énergie chez GAM.

L’institut du pétrole américain a rapporté une baisse du stock de pétrole brut outre Atlantique de 1,1 millions de barils. Les analystes attendaient une hausse de 2,4 millions de barils. « Le nombre de puits de pétrole en activité a diminué de 75% depuis le second semestre 2014, ce qui s’est traduit par une accélération de la baisse de production ces dernières semaines » relève Roberto Cominotto.
Qui plus est, le billet vert a continué à perdre du terrain contre un panier de devises, après un fléchissement d’environ 5% depuis le début de l’année sous l’effet d’une anticipation d’un statu quo de la part de la Réserve fédérale américaine au sujet de ses taux d’intérêt à la suite de la réunion des membres de son comité de pilotage de la politique monétaire hier et aujourd’hui.

Par ailleurs, le cours du Brent a trouvé un support supplémentaire dans le fait que l’Arabie Saoudite et le Koweit semblent ne pas vouloir redémarrer l’exploitation conjointe de leur champ pétrolier à Khafji, qui produisait entre 280 000 et 300 000 barils par jour avant que surgissent les problèmes environnementaux qui ont forcé sa fermeture en octobre 2014.

Il est à noter que le cours du Brent a rebondi de 68,18% depuis début janvier et celui du WTI de 65,42%.