Nouveau coup dur pour Areva. L'audit qualité lancé fin 2015 par le groupe suite à la découverte d'anomalies sur la cuve de l'EPR de Flamanville a pointé des "incohérences" dans les dossiers de fabrication de plusieurs centaines de pièces. Celles-ci proviennent de l'usine du Creusot qui fabrique de nombreux éléments des centrales nucléaires du groupe.

D'après une source au fait du dossier citée par Les Echos, il pourrait s'agir de falsifications volontaires afin de ne pas mettre au rebut certaines pièces se situant dans les limites des normes de qualité. Interrogé par le journal, le directeur général du groupe Philippe Knoche a indiqué qu'il ne pouvait pas exclure cette hypothèse. « Nous avons souhaité communiquer parce que c’est inacceptable mais nous sommes encore en train de chercher », a-t-il ajouté.