Bonne surprise pour les actionnaires de Saft. Le groupe Total a déposé une offre publique d'achat d'un montant de 950 millions d'euros sur le fabricant français de batteries à usage industriel. Le prix de 36,5 euros par action (hors coupon de 0,85 euro) fait ressortir une prime de 38,3% par rapport au dernier cours coté et une prime de 41,9% sur la moyenne des six derniers mois.

Saft a pâti en 2015 de la baisse des investissements pétroliers qui l'ont amené à diviser par deux ses prévisions de croissance à moyen terme et à passer des dépréciations d'actifs. L'année 2016 devrait être une "année de transition" pour le groupe, marquée par la mise en œuvre de son plan de restructuration Power 2020.

"Cette opération sera bénéfique pour les clients et pour le personnel de Saft qui rejoint un groupe majeur de l’énergie», estime le président du directoire, Ghislain Lecuyer. Le conseil de surveillance a quant à lui approuvé à l'unanimité l'offre de Total. Le groupe pétrolier entend profiter du savoir-faire de Saft en matière de stockage d'électricité, en particulier dans le domaine des énergies renouvelables.

« L’acquisition de Saft s’inscrit pleinement dans l’ambition de Total de se développer dans les métiers des énergies renouvelables et de l’électricité initiée avec l’acquisition de SunPower en 2011", a indiqué le groupe. Cependant les ventes de batteries lithium-ion pour le stockage d'énergie ont été très inférieures aux attentes de Saft en 2015. Ce dernier a annoncé un repositionnement de son offre sur ce marché "devenu compétitif". Compte tenu des coûts liés au plan de transformation en cours et l'intégration des 4100 salariés de Saft, cette acquisition n'est pas forcément une bonne opération financière pour Total mais davantage un pari sur l'avenir. Le groupe a prévu de consacrer 500 millions d'euros par an au développement des énergies renouvelables.

Vers 11h50 l'action Total fait du surplace sur un marché parisien en hausse de 1,3%. La cotation de Saft a été suspendue à la demande de la société.