La chute est sensible, -46% (soit 438 milliards de dollars) alors même que le volume des exportations a progressé de 1,7%, (23,6 millions de barils par jour) et que la part dans la production mondiale a augmenté pour le première fois depuis 4 ans, de 0,2%, à 43%.
En cause la chute du cours du baril de 35% l'an dernier. 

Les revenus générés s’élèvent à 518,2 milliards de dollars.

Dans le même temps, les dépenses faites pour les produits importés ont été supérieurs aux recettes engrangées au titre des exportations. Une première en 17 ans.

Le cartel a ainsi signalé un déficit de la balance courante agrégé de 99,6 milliards de dollars en 2015, contre un surplus de 238,1 milliards de dollars en 2014. C'est le premier déficit affiché depuis 1998.
Sans surprise, l’Arabie Saoudite a enregistré le déficit le plus important du groupe, d’un montant de 41,3 milliards de dollars. Les revenus découlant des exportations pétrolières de cette dernière (7,163 millions de barils par jour) ont fléchi de 23% en 2015.

Seulement quatre pays de l’OPEP sont parvenus à maintenir un surplus de leur balance courante l’an dernier, à savoir le Qatar, le Koweït, les Emirats-Arabes-Unis et l’Iran.