L’Arabie Saoudite, à elle seule, a accru sa production de 263 000 barils par jour à 10,011 millions de barils. Avec un tel niveau de production, l’Arabie Saoudite demeure conforme à l’accord conclu le 30 novembre 2016 prévoyant une contraction de la production pétrolière de 24 grands pays afin de stabiliser le cours de l’or noir.

Dans cet accord, était prévu la production de 10 058 millions de barils par jour.

La hausse de la production de l’Arabie Saoudite est justifiée par le fait que le Royaume n’a pas vocation à supporter indéfiniment le fardeau des pays qui ne veulent pas « jouer le jeu », comme la Russie, l’Irak et les Emirats arabes unis.

Un comité doit se réunir les 25 et 26 mars prochain pour évaluer la mise en conformité des pays signataires avec les termes de l’accord arrêté au mois de novembre et pour décider dans quelle mesure une extension de cet accord serait envisageable.

Dans sa note, l’OPEP a révisé à la hausse son estimation concernant la croissance de la demande de pétrole dans le monde de 70 000 barils par jour, à 1,26 millions de barils. L’offre émanant des pays non membres du cartel a également été réévaluée de 400 000 barils par jour supplémentaires.