Le cours de l’or noir a ainsi quelque peu récupéré les pertes subies  mercredi, de 3,6%, suite à la publication des derniers chiffres sur l’état des stocks de pétrole aux Etats-Unis.
La production américaine de pétrole s’étant  accrue de 17 000 barils par jour à 9,25 millions de barils par jour, parallèlement, les stocks ont diminué de 1,03 million de barils, à 532,3 millions. Le consensus tablait sur une décrue de 1,4 million de barils.

« La diminution de la production orchestrée au cours des trois premiers mois de l’année n’a pas permis de faire passer les stocks de pétrole au niveau mondial en dessous de la moyenne de ces cinq dernières années », a alors relevé le ministre de l’énergie d’Arabie Saoudite, Khalid Al-Falih.

L'accord de l'OPEP arrêté en novembre 2016 prévoit la baisse de la production des pays membres de 1,2 million de barils par jour pendant six mois. Près d'une douzaines de pays non membres du cartel, dont la Russie, ont accepté en décembre d'apporter leurs concours à raison d'une contraction supplémentaire de la production de 558 000 barils par jour. 

Les représentants des pays membres de l’OPEP doivent se réunir le 25 mai prochain à Vienne. Une décision devrait probablement être dévoilée à l’issue de ce rendez-vous.

Les investisseurs semblent faire le pari que cette décision sera positive. Sur le marché des futures, le cours du Brent pour une livraison en juin, s’inscrit en hausse.