Le titre CGG chute mardi à la Bourse de Paris pour la deuxième séance d'affilée, pénalisé par des prises de profits après sa récente envolée et par un commentaire négatif de Portzamparc, qui a dégradé sa recommandation sur la valeur à "vendre".

A 15h30, l'action du spécialiste des services et équipements géophysiques recule de 11,9% à 4,49 euros, accusant le plus fort repli de l'indice CAC Mid&Small, qui cède alors 1,35%.

L'action CGG s'est envolée de 91% la semaine dernière suite à des rumeurs de rachat par le chinois Sinopec et à de probables rachats de positions vendeuses de la part d'investisseurs spéculatifs. Dans une note publiée ce mardi les analystes de Portzamparc jugent "improbable" le scénario d'un rachat par Sinopec en raison de la restructuration en cours de CGG et des intérêts stratégiques de l'Etat dans le groupe français. Bpifrance est le premier actionnaire de CGG avec une participation de 9,35% au capital, selon des données Thomson Reuters.

"Les fondamentaux du marché restent très compliqués et la visibilité très faible" pour CGG, soulignent les analystes de Portzamparc. "En attendant une restructuration encore longue et incertaine (assemblée générale extraordinaire fin octobre, règlement-livraison de toutes les opérations début 2018), le titre restera hautement volatil", ajoutent-ils.

Leur recommandation sur le titre CGG passe de "conserver" à "vendre" avec un objectif de cours inchangé à 4,30 euros.