Le chantier EPR de Flamanville avance "conformément au planning annoncé en septembre 2015" et sa mise en service est toujours prévue "à la fin du 4e trimestre 2018", a indiqué lundi EDF. Le groupe a également confirmé le coût du chantier estimé à 10,5 milliards d'euros.

"Les essais d'ensemble, qui permettent de vérifier et de tester le fonctionnement de tous les circuits de l'EPR, ont débuté au 1er trimestre 2017 et se poursuivront jusqu'au chargement du combustible et au démarrage du réacteur à la fin du 4ème trimestre 2018", a précisé l'électricien dans un communiqué.

Une phase d'essais dite "à froid" démarrera en décembre. Elle comprend notamment un test d'étanchéité du circuit primaire du réacteur. Elle sera suivie d'une phase d'essais "à chaud" à partir de juillet 2018.

L'EPR de Flamanville est le tout premier réacteur de "nouvelle génération" construit
par EDF en France. Le chantier, qui a démarré en 2007 et devait initialement durer cinq ans, a accumulé les retards et imprévus. Le dernier en date, en 2015, fut la découverte de malfaçons sur la cuve du réacteur, fabriquée par Areva. Suite aux tests de résistance réalisés par EDF, l'Autorité de sûreté nucléaire a donné son feu vert à la poursuite du chantier en juin dernier, tout en demandant à l'exploitant de prévoir le changement du couvercle du réacteur d'ici 2024. Cette opération n'entraînera pas de dépassement du budget de 10,5 milliards d'euros, selon EDF.