Faut-il s'inquiéter du trading à haute fréquence ? Cette forme de trading électronique qui repose sur des calculs algorithmiques effectuées à des vitesses proches de celle de la lumière pose des questions pour la sécurité du marché, selon l'AMF.

«L'intégrité du marché dès lors que les stratégies de trading sont détournées de leur objectif initial pour être utilisées à des fins de manipulation de marché», or «le trading à haute fréquence fournit (...) des outils susceptibles d'être détournés de leur usage légal», explique le gendarme français de la Bourse dans un rapport sur les risques publié hier.

Le «high frequency trading» compte pour plus de la moitié des volumes de transactions aux Etats-Unis et près d'un tiers en Europe, selon les chiffres des études citées dans le rapport de l'AMF.

Cette proportion inquiète de nombreux responsables politiques qui réalisent que des ordinateurs pilotent la majeure partie des opérations de marchés. Elle pourrait être à l'origine de la chute brutale et mystérieuse des marchés américains le 6 mai dernier, lorsque le Dow Jones avait perdu 700 points en quelques minutes.