Le ciel s'est encore assombri pour les banques européennes ce jeudi, avec la dégradation par Moody's de sa note sur la dette espagnole. Madrid ne dispose plus désormais du 'triple A' qui lui permettait d'emprunter à des taux relativement bas sur les marchés.

D'autres pays européens montrent des signes de fragilité, à commencer par l'Irlande, la Grèce et le Portugal. Or, les inquiétudes liées aux dettes publiques rejaillissent forcément sur les banques européennes, car celles-ci détiennent en moyenne 50% de la dette souveraine des pays de la zone euro. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale sont les trois plus fortes baisses du CAC 40 ce matin.

«La persistance de crise de la dette étatique fait peser des risques sur la solvabilité des banques»
, soulignent les analystes de Natixis. «Malgré les programmes de soutien mis en place (la BCE peut racheter la dette étatique, création d'un fonds de stabilité européenne de 750 Md€, plan d'aide à la Grèce de 110 Md€ sur 3 ans, …), les craintes de défaut continuent à peser sur la Grèce et désormais l'Irlande, compte tenu du coût du sauvetage du secteur bancaire. Dans ces conditions, l'écartement des spreads sur la dette souveraine devrait se poursuivre pénalisant le secteur bancaire».

Le coût du risque en hausse

Dans un rapport publié hier, la Banque centrale européenne souligne une autre fragilité du secteur bancaire européen, liée cette fois aux dettes privées. Selon la BCE, la faible croissance et la persistance d'un chômage élevé en Europe pourrait conduire à une hausse du taux de défaut des ménages. Ainsi, la baisse du coût du risque pourrait ne pas se poursuivre en 2011 et les banques pourraient devoir inscrire de nouvelles provisions, selon Natixis qui se montre très prudent sur les valeurs bancaires.

«Nous restons négatifs sur le secteur bancaire européen et continuons à jouer les BFI (banques de financement et d'investissement et certaines banques universelles (UBS, Credit Suisse, BNP, SG et KBC) par rapport aux banques de détail (banques grecques et italiennes)», indique la banque.