La société d’investissement russe Digital Sky Technologies qui a déjà mis des centaines de millions de dollars dans Facebook aurait par ailleurs ajouté 50 millions de dollars.

Cette nouvelle injection de capitaux permet de valoriser le site communautaire à hauteur de 50 millions de dollars, plus qu’eBay, Yahoo, et Time Warner.

Cette afflux d’argent frais arrive par ailleurs à un moment intéressant.
Le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg ayant répété avec insistance rejeter toute idée d’acceptation d’une offre publique sur sa société au moins jusqu’en 2012.
Cet argent devrait ainsi venir en appui de la force de frappe de Facebook pour recruter de nouveaux développeurs, développer de nouveaux produits et faire des acquisitions.

Goldman Sachs aurait également pour intention de créer un véhicule spécial pour autoriser ses clients à investir dans Facebook.
Ce véhicule permettrait à Facebook de passer entre les mailles du filet de la Securities and Exchange Commission.

Cette dernière a effectivement récemment ouvert une enquête sur les transactions de parts de plusieurs sociétés privées comme LinkedIn, Twitter, Zynga, et Facebook sur les plateformes de négociations SecondMarket et SharesPost.

L’Autorité de régulation américaine chercherait à déterminer le nombre d’actionnaires précis de ces sociétés. Si ces actionnaires dépassent les 500, ces sociétés seraient contraintes à révéler publiquement leurs résultats financiers.

Un véhicule qui rassemblerait plusieurs investisseurs serait a priori comptabilisé comme un seul actionnaire.