La plupart des banques européennes ne satisfont pas pour l’heure aux règles de Bâle III en matière de liquidité, censées s’appliquer à compter de 2015, révèle une étude de JP Morgan Cazenove publiée ce mardi.

Selon ces règles, les banques devront détenir suffisamment d'actifs liquides (faciles à vendre) pour couvrir leurs besoins de financement pendant 30 jours en cas de panique bancaire. Or,à la fin 2010, il manquait 493 milliards d’euros aux 28 banques européennes étudiées pour satisfaire aux exigences du régulateur. A elles seules les trois banques françaises cotées (Société Générale, Crédit Agricole, BNP Paribas) affichaient un « manque » de 173 milliards d’euros.

D’où une nouvelle chute des titres en bourse ce mardi : vers 17h05, Société Générale lâche 6,6%, Crédit Agricole 6,3% et BNP Paribas 6%, alors que le DJ Stoxx Banques recule de « seulement » 2,6%.

Toutefois, d’après le Financial Times, le Comité de Bâle envisage d’assouplir ce « ratio de couverture de liquidité », en élargissant par exemple l’éventail des actifs considérés comme liquides (dépôts, réserves en banques centrales, obligations d’Etat, …).