«Bank of America est une entreprise solide, bien gérée». C’est ce qu’affirmait, il y a quelques jours, Warren Buffett afin de justifier son investissement de 5 milliards de dollars dans la première banque des Etats-Unis en termes d’actifs.

Il n’empêche que l’établissement se prépare à une cure d’amaigrissement sans précédent pour réduire ses coûts, gonflés par le rachat en 2008 du spécialiste du crédit immobilier Countrywide ainsi que de Merrill Lynch. D’après le Wall Street Journal, 'Bofa" envisage la suppression de 40 000 postes sur un total de 288 000 employés.

Le directeur général du groupe, Brian Moynihan, doit en effet dévoiler la semaine prochaine la première phase de son plan de restructuration après les pertes historiques enregistrées par la banque au deuxième trimestre (9,1 milliards de dollars). Le chiffre de 40 000 suppressions de postes pourrait encore évoluer et s’étalera certainement sur plusieurs années, précise le journal qui cite des sources proches du dossier.

Vers 16h00, le titre recule de 1,7% à la Bourse de New York, sur un marché en baisse de 1,6%.