MF Global, institution de renom à Wall Street dirigée par un ancien responsable de Goldman Sachs, détenait une position de plus de 6 milliards sur la dette européenne. Plus de la moitié concerne la dette italienne. Cette exposition inquiétait beaucoup ces dernières semaines les régulateurs américains qui ont demandé à l’entité d’augmenter ses fonds propres.

Les agences de notation ont par ailleurs dégradé au plus bas niveau la dette de MF Global. La publication des résultats mardi avait fait ressortir des pertes largement supérieures aux attentes.

Ainsi, l’action a perdu près de 70% sur la seule dernière semaine. Pour tenter de s’en sortir le courtier a imaginé céder des actifs mais sans succès.

Ce dépôt de bilan a pesé sur les valeurs bancaires françaises dans la mesure où se pose la question de leur exposition à ce courtier.

On sait déjà que JP Morgan et Deutsche Bank comptent parmi les créanciers non garantis les plus importants.