Pour le délégué général de l’AFG, il ne faut pas être dupe. Le débat qui tourne depuis un moment autour de la régulation des ETF implique plusieurs écueils à éviter absolument.

Le tout premier écueil est celui de l’autisme, de l’immobilisme, ou du dénie.
«Face à ce débat, le reflexe de certains membres de la profession pourrait être de dire qu’il n’y a aucun problème. Il ne faut pas se cacher la tête dans le sable et affirmer qu’il ne se passe rien. Il y a lieu, tout au contraire, de réfléchir à ce qu’il faut faire par auto régulation, par le jeu de la concurrence, ou par la réglementation».

Un autre piège à écarter est celui du passéisme. La nostalgie du bon vieux temps pourrait amener certains à vouloir retourner en arrière. Ces derniers verraient dans l’innovation le mal et souhaiteraient revenir à la simplicité originelle prétendue. «L’industrie française de la gestion a été ces dernières années particulièrement innovante et à même de rivaliser sur la scène de la compétition internationale. Ce serait, selon moi, un cauchemar que de revenir à l’ancien temps».

Un autre danger à parer serait celui d’un certain confusionnisme. L’enveloppe des ETF recouvre des instruments assez divers, ETP, ETN, ETC… Ces différents acronymes renvoient à des réalités multiples, d’un coté, des fonds, régi par tout un corpus réglementaire rigoureux, de l’autre des produits de bourse assujettis à une réglementation moins restrictive. «Cette confusion organisée n’est pas innocente. Elle sert les intérêts de certains. Plus qu’une transparence, il faut de la clarté».

Une dernière difficulté à contourner réside dans la capture de ce débat sur la régulation par les autorités compétentes pour défendre des intérêts nationaux. «Le débat sur la régulation des ETF est téléguidé. La régulation est en cela devenue une arme utilisée avec raison par les pouvoirs publics, sous prétexte d’empêcher l’apparition ex ante de crises et de bulles, pour avantager leur propre système financier». Le délégué général de l'AFG fait en cela particulièrement allusion à la position que semble vouloir adopter l'autorité de régulation américaine pour desservir les fonds UCITS, qui constitue la forme juridique par excellence des ETF européens. La Commission européenne se doit alors de rester  vigilante et de ne pas hésiter à riposter en cas de besoin.