Les besoins en fonds propres des banques françaises sont revus à la baisse, à 7,3 milliards d’euros contre 8,8 milliards dans une estimation fin octobre.

En revanche, les besoins pour les banques allemandes sont nettement revus à la hausse à 13 milliards d’euros au lieu de 5 milliards d’euros.
Une seule grande banque pose en réalité véritablement problème, Commerzbank. La deuxième banque du pays nécessiterait 5 milliards d’euros, soit près de 40% de l’ensemble des capitaux réclamés au secteur bancaire allemand.
Commerzbank a déjà été largement recapitalisée depuis 2008. Allianz, son principal actionnaire refuse de remettre la main au pot. Selon une rumeur de plus en plus persistante, l’Etat qui détient déjà 25% de la banque allemande pourrait monter à une participation de 50%. La capitalisation boursière de Commerzbank se situe autour de 6,5 milliards d’euros. La facture serait gérable.

Pour l’ensemble du secteur bancaire européen, les besoins sont estimés à 115 milliards d’euros.