Fitch a abaissé la note à long terme de Barclays et Credit Suisse de deux crans, la ramenant de AA- à A, et la note à long terme de Bank of America, BNP Paribas, Citigroup, Deutsche Bank et de Goldman Sachs Group d’un cran. La note de BNP Paribas est ramenée de AA- à A+ avec perspective stable.

L’agence de notation a par ailleurs réaffirmé la note long terme de Société générale à A+ avec perspective stable et maintenu la note A pour JPMorgan Chase, Morgan Stanley et UBS.

Fitch a justifié ce mouvement par les vents contraires plus forts auxquels est confronté le secteur bancaire dans son ensemble sur le plan économique et financier et par la myriade de changements réglementaires.

La décision de Fitch fait suite aux abaissements par Standard & Poor's le 30 novembre de la note de 15 grandes banques internationales (notamment JPMorgan Chase, Bank of America, Citigroup, Wells Fargo, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Barclays, HSBC Holdings et UBS) et à sa mise sous perspective négative le 8 décembre dernier des grandes banques françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, BPCE ainsi que BRED-Banque Populaire, le Crédit Foncier de France, le Crédit lyonnais, et des caisses régionales du Crédit agricole).

Le 29 novembre, l'agence de notation américaine Moody's, laissait elle aussi entendre qu’elle réduirait la note de la dette de 87 banques européennes sujettes à des soutiens d'États eux-mêmes menacés de dégradation, et qui éprouvaient des difficultés à lever des fonds. Parmi les banques visées se trouvaient notamment des espagnoles (Santander), des italiennes (Unicredit), des suisses (UBS, Credit Suisse) et sept françaises comme BNP Paribas et la Société générale.

En septembre, Moody’s avait diminué d'un cran les notes de BNP Paribas et de Crédit Agricole et de deux crans celle de la Société Générale en raison de leurs expositions à la Grèce et de la chute de leurs titres en Bourse. Le 15 décembre, l’agence a par ailleurs dégradé d’un cran 3 à Baa1, les notes de Dexia Crédit Local et Dexia Banque Internationale au Luxembourg, les filiales de la banque franco-belge démantelée, et les a placées sous surveillance négative.