La CFTC (Commodity Futures Trading Commission), l'autorité en charge de la régulation des marchés dérivés de matières premières, à la demande de Lehman Brothers, et après investigation a décidé d'infliger à JP Morgan une amende de 20 millions de dollars. 

Cette dernière est accusée de s’être appuyée sur l'évolution des fonds d’investissement appartenant à Lehman Brothers, qu'elle avait en dépôt, pour calculer combien elle serait en mesure de prêter au broker américain sur le marché interbancaire tous les jours pendant près de 22 mois, de novembre 2006 à septembre 2008.
JP Morgan aurait, de cette manière, prêté plus de crédits que ce que Lehman aurait dû avoir.

JP Morgan qui est une des plus grandes banques dépositaires dans le monde aurait, par un tel agissement, violé les règles de ségrégation des comptes des clients.
Ces règles prévoient notamment que JP Morgan ne peux pas traiter les fonds de ses clients comme s’ils lui appartenaient. En l'occurrence,  JP Morgan n'aurait jamais dû se baser sur ces fonds pour influer sur sa capacité de prêt à l'égard de Lehman Brothers.

JP Morgan aurait par ailleurs échoué à retourner 333 millions de dollars à Lehman Brothers ou à ses liquidateurs jusqu’à deux semaines après la faillite, une fois seulement que l’ordre de restitution ait été délivré par le régulateur.
«L’argent aurait dû être accessible pour le client à tout moment que ce soit en temps d’accalmie sur les marchés ou en temps de crise» précise la CFTC.

L’amende est la plus importante amende que la CFTC ait collectée dans un cas de violation des règles de ségrégation des comptes des clients.

Il s’agit de la deuxième affaire liée à la déroute de Lehman Brothers. En 2010, le cabinet Ernst & Young a été accusé d’avoir aidé à une fraude massive au sein de la banque en approuvant certains transferts de bilans. Le cabinet a toujours nié les faits et l’affaire suit actuellement son cours.