Les six plus grandes banques américaines devraient faire état d’un bénéfice net de 15,3 milliards de dollars pour les trois premiers mois de l’année, annonce l’agence Bloomberg. Le bénéfice net pour la même période, l’année dernière, a été de 17,3 milliards de dollars.

Le chiffre d’affaires pourrait décliner de 23% à 18,3 milliards de dollars selon les analystes de Morgan Stanley (en excluant du périmètre Morgan Stanley et Wells Fargo).

Le chiffre d’affaire découlant de l’activité taux, devises et matières premières pour Bank of America, Citigroup, JPMorgan et Goldman Sachs réunis devrait avoisiner 14,3 milliards de dollars. Cela équivaudrait à un repli de 18% en glissement annuel.
Le chiffre d’affaire lié aux activités actions devrait régresser de 34% à 4 milliards de dollars.

Plus précisément

JP Morgan et Wells Fargo devraient être les premières institutions à publier leurs chiffres le 13 avril prochain.
JP Morgan pourrait signaler un bénéfice en baisse de 19%, à 4,53 milliards de dollars selon la moyenne des anticipations de 19 analystes interviewés par Bloomberg. Le bénéfice par action diminuerait à 1,18 dollars. Le chiffre d’affaires atteindrait 24,2 milliards de dollarse, en recul de 4,1%.

Le bénéfice de Wells Fargo devrait ressortir en hausse de 7,8% à 3,85 milliards de dollars, toujours selon les avis des analystes recueillis par Bloomberg. Le chiffre d’affaire devrait légèrement évoluer à 20,4 milliards de dollars.

Citigroup devrait annoncer ses résultats le 16 avril. Le bénéfice est anticipé en augmentation de 7% à 3,21 milliards de dollars.

Les publications de Goldman Sachs, Bank of America et Morgan Stanley devraient suivre. Le bénéfice de Goldman Sachs devrait se situer autour de 1,81 milliards de dollars, en contraction de 29% en glissement annuel, celui de Bank of America devrait s’élever à 1,73 milliards de dollars, en baisse de 1%.

Un potentiel de progression

Le secteur financier a affiché la meilleure performance sectorielle au sein du S&P 500.
Cependant, les valeurs financières demeurent moins chères qu’elles ne l’étaient l’année dernière, si l’on considère la mesure de leur valorisation par le ratio cours sur estimations des bénéfices pour les 12 prochains mois ou le ratio cours sur valeur comptable tangible. Le PE (price to earnings) est estimé à 10,8 contre 13,7 en avril 2011. Le ratio PB (price to book value) est évalué à 1,22 contre 1,53 il y a un an.