La Banque centrale de Chine a ramené vendredi la parité dollar/yuan à 6,2787, soit le plus faible niveau depuis que le pays a décidé de mettre fin à l’indexation du yuan par rapport au dollar en 2005.
Déjà jeudi, l’institution monétaire avait abaissé la parité à 6,2829.

Le mouvement était peu attendu par les opérateurs de marché, les autorités chinoises ayant répété ces dernières semaines, à plusieurs reprises, que le cours du yuan se situait à sa juste valeur.

Qui plus est les données récentes révélant un ralentissement relatif de la croissance chinoise ne militaient pas en faveur d’une appréciation de la devise nationale. Un certain essoufflement du rythme des exportations s’est dessiné. La croissance du PIB a atteint 8,1% a la fin du premier trimestre, soit le plus faible taux depuis trois ans.
Les contrats futurs sur la devise à un an tablaient sur une baisse du cours de 0,58%.

La décision prise paraît recouvrir une dimension purement politique.
Le mouvement fait suite à une déclaration du secrétaire du Trésor américain, Timothy Geithner, selon laquelle la Chine n’aurait pas fait suffisamment d’efforts pour ouvrir son économie et pour laisser le yuan s’apprécier.

Un important sommet économique entre des responsables des deux premières puissances mondiales doit avoir lieu la semaine prochaine, les 3 et 4 mai plus précisément.

M Geithner et la secrétaire d’Etat Hillary Clinton doivent rencontrer le vice premier ministre Wang Qishan et le conseiller d’Etat, Dai Bingguo.

Pour certains experts, parce que sur le long terme, le potentiel d’appréciation du yuan par rapport au dollar est important, une hausse du cours de la devise chinoise de 2% à 3% d’ici la fin de l’année n’est pas à exclure.