La récession économique qui sévit en Italie, l’adoption des mesures d’austérité par le gouvernement de Mario Monti, la probable augmentation du volume des crédits non performants, et la restriction de l’accès au financement par le marché sont les raisons majeures qui expliquent la décision de Moody’s.

«Si l’accès limité au financement persiste, la pression sur les banques pour réduire leurs actifs sera plus forte, ce qui soulèvera des risques pour leurs franchises et leurs bénéfices » a précisé l’agence.

Les banques italiennes qui auraient emprunté au total 255 milliards d’euros auprès de la Banque centrale européenne, dans le cadre de ses opérations de refinancement à long terme, figurent à présent parmi les banques européennes les moins bien notées.

Plus dans le détail…

Moody’s a réduit la note de crédit et la note de banque de dépôt d’un cran pour 10 établissements, de deux crans pour 8 établissements, de trois crans pour 6 établissements et de quatre crans pour 5 établissements. Le mouvement a systématiquement été assorti d’une perspective négative.

Unicrédit et Intesa Sanpaolo, les deux plus grandes banques italiennes ont vu la note de leur banque de dépôt abaissée à A3 et la note de leur banque de financement à C-. La note de crédit d’Unicredit a été ramenée à baa2 et celle d’Intesa à baa1.

La note de dépôt de Banco Popolare, la quatrième banque italienne, a été fixée à baa3. Sa note de banque de financement est ressortie à D+ et sa note de crédit à ba1. Selon Moody’s, Banco Popolare souffrirait d’un faible niveau de capitaux, d’une génération de capitaux en interne insuffisant et de contraintes de financement.

Banca Monte Dei Paschi a obtenu une note de baa3 pour sa banque de dépôt, de D pour sa banque de financement et de ba2 pour sa note de crédit.

Unione di Banche Italiane a vu, quant à elle, sa note de banque de dépôt évoluer à baa2 et sa note de banque de financement à D+. Sa note de crédit a été établie à baa3.

C’est un nouveau coup dur pour les cinq plus grandes banques italiennes à qui il a été demandé de trouver 15 milliards d’euros d’ici juin afin de se conformer au exigences de fonds propres imposées par l’Autorité bancaire européenne du fait de leur forte exposition aux obligations souveraines.
La part de la dette italienne détenue par l'ensemble de ses banques est montée à 28%, soit 267 milliards d’euros, en deux mois, selon la Banque centrale d’Italie.

La dégradation des notations de crédit ne sera pas sans conséquence sur le coût de financement des banques italiennes.
Selon BNP, le taux de rendement des obligations d’Unicredit à échéance 2017 a augmenté de 89 points de base à 5,83% depuis leur émission en février. Le taux de rendement des obligations d’Intesa à échéance 2017 a évolué de 5% en février à 5,279 aujourd’hui. Le taux de rendement des obligations de Monte Paschi est passé de 4,5% à 5,72%.

Moody’s ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Le 13 avril dernier, l’agence a indiqué avoir l’intention de revoir les notes de 114 institutions financières européennes, entre la mi-mai et fin juin.